Dessin: apprentissage, progression, ambiance famille
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 petite nouvelle de mon cru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neko

avatar

Localisation : Belgique
Nombre de messages : 49

MessageSujet: petite nouvelle de mon cru   Mer 2 Juil - 22:36

J'avais écrit ça d'un jet, il y a longtemps, inspiré d'un roman que j'avais également écrit avant (supposé ce passé plusieurs siècles avant)

à l'époque j'avais mis le titre "Les Gardiens"

-------------------


1.

L’angoisse de ce qui l’attendait l’avait maintenu réveillé presque toute la nuit. La fatigue accumulée ces derniers jours le mettait en situation de faiblesse. A présent, il ne pouvait plus reculer. Il se prépara un café bien fort avant de se prendre une douche froide. En sortant, il reprit un deuxième café tout en s’habillant. Un survêtement paraissait plus approprié que son vieux jeans serré. Le cœur battant, enfin il quitta son appartement sans même le verrouiller. Il dévala les trois étages et héla un taxi.
- Où allons-nous ?
- Centre-ville, je vous indiquerai l'endroit.
Après une heure à tourner dans les rues étroites de la ville, il lui fit signe de s’arrêter.
- Je vous dois combien ?
Le chauffeur ne cessait de contempler l’immense bâtisse la bouche ouverte.
- Alors ? répéta-t-il, impatient.
- La course est pour moi.
Il démarra et partit aussi vite que le lui permettait la circulation. Le jeune homme s'étonnait toujours de voir les gens fuir devant l'immeuble. D'ailleurs ce côté de la rue était toujours déserté. Les premiers flocons de neige le ramenèrent à la réalité d'une vie éphémère. Déjà assez courte pour rêvasser plus.
Il se présenta à l’accueil où une femme entre deux ages lui fit signe d’attendre un moment. Concentrée sur son écran d’ordinateur, il patienta quelques minutes avant qu’elle ne relève la tête en souriant.
- Que puis-je pour vous ?
- Je suis là pour le concours
- Vous n’êtes pas un peu trop jeune pour ça ?
- J’ai dix-neuf ans.
- Et vous avez suivi les cours ?
- J’étais le meilleur partout.
Cette fois, il réussit à l’étonner.
- Vous êtes le célèbre Jasey ?
- Al pour mes amis.
- Mais vous êtes en retard. Dépêchez-vous, ils doivent vous attendre. Au bout du couloir, vous trouverez le matériel. Et… ?
Son hésitation trahissait son malaise à poursuivre. Il répondit devinant la question.
- Non il n’y aura personne à prévenir en cas de… d’accident.
Elle sourit tristement et lui fit signe d’avancer. Il crut l’entendre lui souhaiter bonne chance. Cela ne le rassurait pas, il s’était montré le meilleur pendant ces dix dernières années. Et cela ne paraissait pas suffisant.

-------------------


2.

Une étagère longeait le mur, plusieurs armes y étaient déposées. Il ignora les armes à feu pour choisir une épée courte à large lame. Il la soupesa et fit quelques mouvements pour juger de sa maniabilité. Satisfait, il poussa la seule porte. Comme il s’y attendait, de l’autre côté régnait une agréable atmosphère. De la végétation et une lumière vive donnaient l’illusion d’être en pleine foret. Il avança prudemment jusqu’à la clairière pour mieux saisir les dangers qui le menaceraient. Un choc violent le projeta en arrière. Il eut juste le temps de lever son épée pour parer un coup invisible. La violence du choc s’en ressentit jusqu’à son épaule. Il serra les dents de douleurs. Il n’attendit pas une deuxième attaque, il roula sur le côté et se redressa en un seul élan. Il sentit le sol vibrer sous ses pieds, comme si une nouvelle frappe venait de se produire. Sans réfléchir, il frappa à son tour. Une explosion répondit à son attaque. Une fois de plus, il fut projeté au loin. Heurtant un arbre, il fut à moitié assommé. Le goût du sang envahi sa bouche. Jusque là, il s’en sortait bien mais le plus dur était encore à venir. Il s’appuya sur son épée pour se relever. Il n’eut pas à attendre longtemps pour voir surgir une pluie de météorites enflammées. Ce qu’il ne put dévier avec son épée, embrasait ses vêtements et lui brûlait la chair. Il ne pouvait rester là plus longtemps. Malgré sa faiblesse, il se mit à courir toujours poursuivi par les météorites. Une grotte parut bientôt sous ses yeux. Il pressentait un nouveau piège mais n’avait pas le temps d’y réfléchir. Il serait toujours temps d’aviser le moment venu. A peine fut-il à l’intérieur qu’un éboulement se produit le bloquant à l’intérieur.
- Merde ! Je le savais.
Il lui fallut peu de temps pour mesurer l’étroitesse de sa prison. Tendant les mains, il ne perçut pas le moindre souffle d’air.
- Je devais m’attendre à ça, l’ennui c’est que je ne vois pas ce que je peux faire cette fois.
Il s’appuya contre la paroi et resta un moment à réfléchir. Il dut imaginer toutes les possibilités sans qu’aucune ne puisse le satisfaire.
- Je crois que je n’ai pas trop le choix.
Il tint fermement son épée des deux mains devant son visage. Seule sa détermination réussirait à venir à bout de l’obstacle. Il la sentit grandir de plus en plus jusqu’à visualiser son but ultime. Alors seulement, il tendit les bras et d’un geste sec l’abattit sur le sol. L’air qu’il souleva servit à trancher la paroi rocheuse. Une raie de lumière filtra devant lui. Un instant plus tard, la grotte se scinda en deux. La manière de se sortir de ce piège l’avait répugné mais il savait ne pas avoir eu d’autre choix. Il sentit une présence derrière lui qui le fit sourire.
- Comment je me débrouille jusqu’ici ?
L’homme derrière lui paraissait à peine plus âgé.
- Pas trop mal. Dommage que tu sois tombé dans un piège aussi grossier !
- Je n’ai pas eu le temps de beaucoup réfléchir.
- C’est bien la beauté du jeu. Mais ta mauvaise nuit a sensiblement réduit tes réflexes.
- Je suis sûr que vous n’y êtes pas étranger.
- Nous savons qu’avant une telle épreuve aucun candidat ne trouve le sommeil.
- Et je suppose que cela vous arrange.
- En effet, sourit-il. Tu comprends mieux pourquoi ce concours s’appelle celui de l’extrême.
- J’imagine que si tu es là ce n’est pas pour me tenir compagnie.
- Je voulais te tenir au courant de ta progression.
Il n’eut pas terminé sa phrase que Al lui fonça dessus. Son épée ne transperça qu’une image.
- J’aurai dû m’en douter. Tu n’es pas Rip.
- Ah si c’est bien moi, du moins c’est un double de moi.
- Tu es ma nouvelle épreuve.
- Tu crois ? le nargua-t-il.
Un nouveau coup de lame fendit l’image qui ne vacilla même pas.
- Tu t’épuises inutilement.
Sans l’écouter, Al poursuivait ses attaques. Il sentait qu’il ne pourrait pas continuer éternellement.
- On dirait que tu as gagné, rumina-t-il entre ses dents.
- Tu renonces déjà ?

-------------------


3.

Un sourire énigmatique le détrompa. Une nouvelle fois, Al prit son épée à deux mains et se concentra sur la lame. Elle paraissait devenir de plus en plus fluide. Sans perdre plus de temps, il entama sa dernière attaque. Cette fois l’image éclata.
- Non ce n’est pas assez.
Alors qu’il entendait ses paroles, il fut encerclé d’un nuage formé par les fragments de Rip.
- Tu veux vraiment que j’aille jusqu’au bout ?
- Tu n’as pas le choix si tu veux t’en sortir.
- Je ne veux pas te faire de mal.
- Tu crois sérieusement que je vais te laisser faire ? Allons ne nous déçois pas !
- Je me sens si faible.
- Bien sûr, j’absorbe ce qu’il te reste d’énergie. Si tu ne réagis pas très vite, tu mourras.
Jusqu’ici personne n’avait réussi l’épreuve, à présent, Al comprenait pourquoi. Personne n’avait osé faire du mal à Rip. Il n’était pas plus puissant que n’importe qui, il était juste un père bienveillant. A la dernière seconde, il se retirerait et lui annoncerait simplement qu’il avait raté cette dernière épreuve. Mais chaque seconde passait et le jeune homme se sentait de plus en plus vidé. Il ne voulait pourtant pas échouer si prêt du but. Un doute envahi son esprit pourtant : son échec serait-il dû à sa victoire ou à sa loyauté ? Alors qu’il croyait devoir réussir à sa force, il comprit qu’il n’en était rien. Il avait toujours su que rien ne serait facile, mais il n’avait jamais imaginé que cela dépendrait d’un détail aussi insignifiant en apparence. Il secoua la tête sans trouver de solution. Une hésitation plus longue pourrait lui être fatale. Il devait gagner du temps.
- Alors tu renonces ? se moqua Rip.
- Jamais !
Malgré sa faiblesse croissante, il ne s’était pas attendu à pouvoir répondre aussi fermement. Alors enfin il comprit le sens de ces épreuves. Il ne s’agissait pas seulement de se montrer le plus fort. Il se laissa glisser sur le sol, conscient d'avoir besoin de toute son énergie. Il prenait lentement connaissance de chaque atome de son corps, il ne pouvait en perdre aucun. Une chaleur de plus en plus intense se dégageait. Il ne fallut pas longtemps pour que ses vêtements s’embrasent.
- Abandonne pauvre fou, tu vas nous tuer.
L’inquiétude de la voix n’était pas feinte. Al ne pouvait cependant plus reculer, mais il n’aura pas été dit qu’il avait échoué. Si quelqu’un pouvait encore les sauver, il avait peu de temps pour agir. Trop tard, son corps explosa et brûla le nuage formé par son adversaire.

-------------------


4.

Le premier visage qu’il aperçut en se ouvrant les yeux était celui de Rip. Il se redressa si vivement qu’il en eut des vertiges. Une main passée sur sa tête, son vieil ami parut faire disparaître toute douleur. Il observa la pièce sans en voir aucune extrémité. Il paraissait n’exister rien d’autre que ce petit halo de lumière au centre. Lui même reposait sur un matelas invisible.
- Tu auras toutes les réponses que tu souhaites. Tu connais la plus importante. Tu veux du café ?
Il tendit la main et se retrouva avec un café que Rip paraissait avoir sorti de nul part.
- Sans sucre.
- Je sais, rappela-t-il toujours souriant.
Al reconnut enfin l’homme qui fut son professeur toutes ses années. Il avait un visage si serein qu’il regrettait d’avoir douté de lui.
- Cela fait parti du jeu.
Le jeune homme ne put se contenir face à autant de calme.
- Tu appelles ça comme ça ? On a failli mourir.
- Failli seulement. On ne sacrifie pas nos candidats.
- Pourtant tous les autres avant moi sont morts.
Plusieurs éclats de rire résonnèrent autour de lui. Il se tourna en tout sens sans voir personne.
- Ils ne sont pas là physiquement. Comme moi hier !
Cette fois Al se leva complètement.
- Hier ? Tu veux dire que j'ai dormi tout ce temps.
- On ne peut vraiment pas dire que tu dormais, se moqua Rip. Mais te recomposer n'a pas été facile. Tu n’y as pas été avec le dos de la cuillère.
Al haussa les épaules.
- J’ai toujours su que tu étais doué. Je n’imaginais pas à quel point.
Flatté de ce compliment, le jeune homme n’en perdit pas moins le fil de la discussion.
- Et les autres ?
- Malheureusement aucun n’a jamais réussi. Ceux qui n’abandonnaient pas, ne comprenaient toujours rien après la dernière épreuve.
- Mais qu’en avez-vous fait ?
Il refusait de croire qu’ils avaient été éliminés à cause de leur faiblesse. Cela entrerait en conflit avec l’idée même de tout ce qu’il avait appris.
- On les a renvoyés chez eux après avoir effacé leur mémoire.
- Effacé ? Vous n’aviez pas le droit…
- Comment crois-tu qu’ils auraient pu vivre en sachant que dix années de leur vie n’ont servi à rien ? Crois-moi s’il y’avait une autre solution, nous l’aurions appliqué.
- C’est ce qui me serait arrivé ?
- J’étais certain de ta réussite, c’est pour ça que j’ai décidé d’intervenir.
- Un traitement de faveur ?
Rip ébouriffa les cheveux du jeune homme.
- Evidemment.
- Pourquoi moi ?
- J’ai une confiance absolue en toi.
- C’était nécessaire ?
- Indispensable ! sourit Rip.
- Est-ce que cela signifie que je suis un… ?
- Seulement quand tu auras répondu à ma question.
Al se doutait que ce ne serait pas facile, aussi retourna-t-il s’asseoir. Il reprit sa tasse, sans s’étonner qu’elle reste suspendue.
- Pourquoi crois-tu avoir réussi ?
La surprise lui fit renverser quelques gouttes sur ses vêtements. Lui donnant l’occasion de voir qu’il les avait récupérés intacts.
- Ah non, je ne m’attendais pas à celle-là.
- Tu connais la réponse ?
- Parce que être gardien est ma seule raison de vivre. Je refuse l’idée même de l’échec. Et dans ce cas, la seule solution qui s’impose à moi c’est de détruire les obstacles même si je dois sacrifier des vies, dont la mienne.
- Je ne regrette vraiment pas d’avoir porté mon choix sur toi.
- Cela signifie que j’ai réussi ?
Pour réponse, tout s’éclaira autour de lui. Il se trouva assis sur le banc d’un parc. A l’écart, des enfants jouaient sans se soucier de cette soudaine apparition.
- Voilà ce que tu devras protéger. Notre sanctuaire et tous ceux qui s’y trouvent.
- Tout a pourtant l’air paisible.
Pour la première fois de sa vie, Al voyait son ami abattu. Il en ressentit un malaise qu’il ne pouvait expliquer.
- Cela ne peut malheureusement pas durer.
Al n’eut pas besoin de parler pour exprimer son incompréhension.
- La méfiance des gens grandit à mesure que le temps passe. Ils finiront par vouloir nous détruire. Tôt ou tard nous entrerons en guerre.
Al se souvenait du chauffeur de taxi qui avait préféré filer sans se faire payer. Les gens étaient prêts à suivre une poigné de dirigeants. Mais dès qu’ils avaient la capacité de les aider vraiment, ils les fuyaient ou les persécutaient.
- C’est pour ça que nous avons besoin des meilleurs pour veiller sur nous. Et aussi des plus loyaux. Tu comprends pourquoi la confiance est nécessaire.
- Mais vous êtes puissants, vous…
- Cela ne fera que renforcer leur haine. C’est pour ça que nos gardiens sont choisis parmi eux. Ce que tu fais, n’importe qui peut le faire s’il s’en donne la peine. Il faut qu’ils comprennent que nous ne voulons pas user notre pouvoir contre eux. Et on ne peut se permettre de renoncer à la magie, leur vie en dépend.
Pour avoir assisté à l’étendu de leur capacité, pour avoir vécu parmi eux, Al savait que leur présence était nécessaire. Les nombreuses vies qui avaient été sauvé à l’insu de tous auraient pu les convaincre. Mais Rip venait de le dire, utiliser leurs pouvoirs en public n’était pas apprécié même dans ces cas extrêmes de sauvetage.
- Et tu ne crains pas que je me retourne contre toi ? Après tout, j’ai voulu te tuer.
- Au contraire, tu aurais échoué si tu ne l’avais tenté.
- Tu es donc prêt à sacrifier ta vie pour me voir réussir.
- Non, j’étais prêt à sacrifier ma vie pour éprouver ton dévouement.
- En te tuant ? répéta-t-il, déconcerté.
Le jeune homme n’apprécia pas l’amusement affiché par Rip.
- Ce n’est pas ta loyauté envers une personne qui compte mais envers ton rôle de gardien.
- Vous craignez tant que ça qu’on se révolte contre vous, murmura-t-il attristé par ce qu’il devinait comme inévitable. C’est aussi pour ça que vous avez effacé leur mémoire.
Rip acquiesça aussi tristement que son jeune élève.
- Ils connaissaient trop de nos secrets.
- Dans ce cas, nous devons trouver plus de gardiens.
- Le plus tôt sera le mieux.
Par ces mots, Al comprit que la guerre était imminente. Il se jura de tout faire pour les protéger, il serait un Gardien digne de ce nom.


Dernière édition par Neko le Jeu 10 Juil - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YuuWaku
Admin
Admin
avatar

Age : 29
Rang : étudiante
Localisation : Toulouse
Nombre de messages : 924
Commentaires : retour de vacances, snif


MessageSujet: Re: petite nouvelle de mon cru   Lun 7 Juil - 16:37

Huhu... pour leur méthode et la crainte qu'ils inspirent, tes gardiens me font un peu penser aux Confesseurs, de mon idée de fic, le Pavillon ! Les grands esprits se rencontrent qu'on dit...? *se sent un tout petit esprit pourtant*

BREF! Le concept est jeté, il nous entraine. Tout comme les actions qui sont fluides, voire rapides, qui rendent la lecture vive et empêchent l'ennui. Même si les dialogues eux sont + longs, mais ils sont percutants, avec des répliques choc qui se suffisent à elles-même, donc ca va =]
Le seul truc que j'aurai à reprocher (que j'reproche à tout le monde, même à moi même) c'est ce ptit côté déjà vu: un thème qui me semble déjà vu et réutilisé ... et réutilisé ... Mais bon, y'a de l'énigme quant à l'histoire (ou pas, vu qu'il dit lui-même que leur futur sera une guerre) donc ca va.

Hep, madame madame ! Y'a une ptite incohérence qui me gêne :
Citation :
Il n’était pas plus puissant que n’importe qui, il était juste un père bienveillant.
Citation :
- Mais vous êtes puissant, vous…

QUE CROIRE ?! XD

Mais bon, c'est le genre d'histoires dont je ne lierai peut-être jamais la suite. *aime pas les histoires bateaauuuu* <== quoique je dis ça, mais ce n'est que le début, donc je ne sais pas... mais la narration me plait moyen moyen aussi :-S Avis perso XD
J'préfère les suspenses à la jyO X-D C'est doux, poétique, énigmatique. Mais une douceur qui n'empêche pas une violence future qui tranchera divinement avec la narration déjà présente.

_________________


Pensée de la semaine : Comment on fait pour mettre une barre oblique en italique ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://running-neko-studio.forumperso.com
Neko

avatar

Localisation : Belgique
Nombre de messages : 49

MessageSujet: Re: petite nouvelle de mon cru   Lun 7 Juil - 18:08

bah j'avais fait pour délirer (je sais plus pourquoi) en un jet il y a 2 ou 3ans, je l'ai presque pas retouché après ça, autant dire que je m'étais pas vraiment foulée
vu que c'est une nouvelle il n'y a évidemment pas de suite (quoi que qu'a l'époque, j'avais tout l'univers environnant en tête )
c'est mon unique nouvelle, je préfère quand les histoires sont plus longues et expliquent tout dans le moindre détails (enfin au fur et à mesure), je maitrise mieux les perso


alors pour l'incohérence, tu notes qu'ils se tutoient donc quand il dit "vous" ils parlent de la "communauté entière"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YuuWaku
Admin
Admin
avatar

Age : 29
Rang : étudiante
Localisation : Toulouse
Nombre de messages : 924
Commentaires : retour de vacances, snif


MessageSujet: Re: petite nouvelle de mon cru   Lun 7 Juil - 18:20

Citation :
je préfère quand les histoires sont plus longues et expliquent tout dans le moindre détails (enfin au fur et à mesure)

Bah justement, moi j'ai pas quand c'est long et complexe T______T
J'trouve qu'ainsi ca devient rapidement 'chiant' XD
Et j'aime quand l'auteur ne m'explique pas tout *fan du mystère*

D'où ma nette préférence pour les nouvelles
Pi les histoires les plus courtes sont toujours les meilleurs, qu'on dit ><

_________________


Pensée de la semaine : Comment on fait pour mettre une barre oblique en italique ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://running-neko-studio.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: petite nouvelle de mon cru   

Revenir en haut Aller en bas
 
petite nouvelle de mon cru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite nouvelle
» petite nouvelle
» une petite nouvelle
» une petite nouvelle... suisse !
» Petite nouvelle en Créateur-Styliste de mode

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Running Neko studio :: Vos créations :: Fictions / Poèmes-
Sauter vers: